Pure Gold Rally 1996 dans le Kent

Imprimer
Note des utilisateurs: / 1
MauvaisTrès bien 

" PURE GOLD RALLY " : SUD de l'ANGLETERRE (KENT)

31 Août et 1er Septembre 1996

Cette traduction est tirée d'une interview réalisée lors du plus grand rallye de prospecteurs jamais organisé dans l'histoire de la Détection Européenne. Mister Parfit Archéologue Régional du Kent et son équipe ont bénévolement assisté les Détectoristes. Ainsi ces deux groupes ne font plus qu'un en s'échangeant des informations, si nous faisions la même chose en France les résultats seraient identiques. Nous allons donc voir comment nos amis Anglais s'organisent à la réussite d'un tel événement et quels sont les liens étroits qu'entretiennent les uns et les autres dans le seul but d'en apprendre plus sur leur passé. Maintenant vous saurez qui à popularisé l'expression de Keith Parfitt que j'avais enregistré lors de cet interview. Le texte ci dessous est la traduction exacte de l'enregistrement.

QUEL EST VOTRE TRAVAIL AUJOURD'HUI ET QU'ATTENDEZ-VOUS D'UNE TELLE REUNION ?

Mister PARFIT Notre équipe Archéologique comprends une demi-douzaine de personnes sur ce site de 600 âcres. Nous assistons ces rallyes tous les ans, et notre but aujourd'hui est d'enregistrer toutes les trouvailles qui sont présentées par les prospecteurs. Il y a entre 500 et 800 personnes qui détectent sur ce site.- (il y aura jusqu'à plus de 1800 personnes le dimanche NDLR) Notre travail ici est entièrement bénévole. Nous identifions puis localisons les découvertes sur un grand plan, ainsi nous pouvons visualiser les zones de concentration d'objets.
Déjà, nous avons constaté des trouvailles datant de la préhistoire et des Romains.

QUELLES SONT VOS RELATIONS AVEC LES PROSPECTEURS ?

Mister PARFIT : Nous avons eut une période très difficile entre les représentants de l'Archéologie et la détection. Il y a 20 ans les choses allaient très mal vis-à-vis des prospecteurs, car les Archéologues étaient contre la détection métallique. De nos jours, nous travaillons de plus en plus ensemble, vous allez voir que la plupart
sont passionnés d'histoire et par le passé. Nous pensons que si nous travaillons, ensemble nous sommes plus productifs, chaque groupe recueillant des informations intéressantes ainsi que des trouvailles différentes mais  complémentaires. En travaillant ensemble on peut avoir une vision globale de ce qui s'est passé.

QUE PENSEZ-VOUS DE LA PROSPECTION AU DETECTEUR ?

Mister PARFIT : Nous avons maintenant un groupe important de prospecteurs qui sont très intéressés par l'Archéologie et très enthousiastes de faire des choses correctement et c'est ce genre de personnes avec lesquelles nous voulons travailler. Nous avons encore quelques personnes qui utilisent des détecteurs pour trouver des objets monnayables pour simplement les vendre. Nous n'approuvons pas ce genre de personnes, mais ils sont une très petite minorité. Ce qui intéresse la plupart des gens, c'est de trouver des objets anciens, seulement pour le plaisir. En intégrant ces informations dans les registres archéologiques, nous avancerions de façons importantes les connaissances.

VOS COLLEGUES PARTAGENT-ILS VOTRE POINT DE VUE?

Mister PARFIT : Je pense que comme dans la plupart des domaines, il y a une gamme de pensées différentes. Certains préféreraient voir les prospecteurs " fusillés à l'aube un beau matin ". Mais la plupart d'entre eux maintenant, constatent que la détection a beaucoup à apporter à l'Archéologie et ainsi s'avancent-ils vers l'idée de travailler avec les prospecteurs. Nous dans le Kent, on travaille beaucoup pour réussir cela. Maintenant un de nos principaux problème n'est pas de travailler avec les prospecteurs, mais une question de temps, de ressources et d'argent pour bien enregistrer et examiner les trouvailles tant elles sont nombreuses. Cette quantité importante de matériel demande un examen détaillé. L'étape ou nous nous trouvons aujourd'hui, c'est de traiter l'information au jour le jour. Tous les jours les prospecteurs découvrent des choses.

QU'ATTENDEZ-VOUS D'UN RALLYE DE CE GENRE ET QUE VONT DEVENIR LES DECOUVERTES AUJOURD'HUI ?

Mr PARFIT : Ces rallyes sont très importants, toutes les couches de la société sont représentées. Initialement, les prospecteurs sont la pour se faire plaisir, donc nous essayons de faire en sorte que le côté archéologique soit d'un abord facile et nous ne demandons pas aux gens de noter trop de détails mais simplement de faire enregistrer leurs trouvailles. La plupart des gens rapportent ce qu'ils ont trouvé chez eux, de notre point de vue, nous aurions préféré qu'ils les laissent sur place. S'ils les laissaient sur place, nous pourrions en parfaire l'étude, si on n'enregistre pas ces trouvailles aujourd'hui, il y aurait peu de chances que nous puissions le faire une autre fois.

 

Donc nous n'avons pas solutionné tous les problèmes avec les prospecteurs, loin de là, mais travailler nous permet de passer plus de temps ensembles et de mieux nous connaître, les choses sont moins confuses qu'avant et sont plus faciles.

 

PENSEZ-VOUS QUE LES DETECTEURS PEUVENT AVOIR UNE ACTION ARCHEOLOGIQUE ?

MR PARFIT : Il est certain que les prospecteurs ont un rôle important à jouer, l'Archéologie en général comprend différentes méthodes de recherches et certainement la détection est une addition valable aux méthodes que nous utilisons déjà. Notre principal souci étant le manque de ressources pour intégrer les informations trouvées par les prospecteurs dans l'ensemble des informations Archéologiques.

QUELLES ONT ETE LES MEILLEURES DECOUVERTES AUJOURD'HUI ?

MR PARFIT : Ce rallye en particulier à produit une grande quantité de monnaies datant de l'âge du fer et beaucoup de monnaies Françaises de cette époque ( Gauloises ou Celtes ). Malgré le fait que nous savions qu'il y avait des monnaies éparpillées un peu partout dans l'est du Kent, Cette très grande proportion de monnaies datant de l'âge du fer trouvée ici pendant ce rallye, c'est l'aspect le plus intéressant aujourd'hui plutôt qu'une unique monnaie de cette époque.

COMMENT AVEZ-VOUS CHOISI CET ENDROIT ET POURQUOI ?

MR PARFIT : L'endroit ou le rallye des " Détectoristes " a lieu est entièrement décidé par les organisateurs en fonction de l'espace et de la place suffisante pour faire des parkings et des campings. Du point de vue Archéologique nous ne sommes pas consultés au sujet des lieux ou les rallyes on lieu , parfois on nous interroge pour s'assurer qu'il n'y ait pas de site archéologique majeur. Occasionnellement, nous avons eut des rallyes tout près de sites Archéologiques et on s'assure toujours qu'ils contournent ces sites. Mais à la fin c'est toujours les prospecteurs eux mêmes qui décident les lieux du rallye ; plutôt pour des raisons administratives.

QUELLES ONT ETE LES PLUS IMPORTANTES DECOUVERTES FAITES PAR DES DETECTORISTES ?

MR PARFIT : En fait il y a eut beaucoup de découvertes Archéologiques faites par les prospecteurs ces dernières années à travers toute la Grande-Bretagne. Cela me fait penser à une grande trouvaille de monnaies de l'âge du fer près de la frontière Galloise l'année dernière. Sinon il y a eut beaucoup d'autres trouvailles (préhistorique par exemple) et dernièrement un très grand Trésor gallo-romain. Localement nous avons travaillé étroitement avec des prospecteurs et il y a eût deux très intéressants exemples de métaux travaillés depuis l'ère de la préhistoire jusqu'à l'âge du bronze et qui datent de moins 1000 avant Jésus-Christ. Ainsi localement les Détectoristes ont trouvé des informations importantes pour nous.


AVEZ-VOUS DES RELATIONS AVEC LES PROSPECTEURS EN DEHORS DES RALLYES ?

MR PARFIT : Les Détectoristes qui assistent à ce rallye viennent de partout en Angleterre et nous ne les connaissons pas tous très bien. Nous connaissons bien les organisateurs et les prospecteurs locaux avec lesquels nous travaillons de près. Nous regardons toutes les semaines ce qu'ils ont trouvé dans leurs champs. Nous travaillons beaucoup avec les clubs ou les associations de prospecteurs, et si nous faisons des fouilles importantes nous faisons appel à eux pour nous assister en détectant les tas de terre ou de rejets.

LE D : QUELLES SONT LES LOIS EN MATIERE DE DECOUVERTE DE TRESORS EN GRANDE BRETAGNE ?

MR PARFIT : En ce qui concerne les découvertes Archéologiques, les lois sont relativement simples. Nous avons une loi très ancienne qui s'apprête à être révisée incessamment sous peu. Cette loi stipule que tout ce qui est en or ou en argent soit déclaré au coroner, agent officiel chargé d'enquêter afin de savoir si oui ou non il s'agit d'un trésor dont le propriétaire est inconnu. Tout ce qui n'est pas or et argent demande simplement que celui qui a fait la découverte ait eut la permission de propriétaire du terrain et d'arriver à un accord commun sur le partage des découvertes. Sinon la loi stipule que tout ce qui est trouvé sur le terrain d'un propriétaire lui appartient sauf ce qui est or ou argent (ces deux métaux revenant directement à la Couronne d'Angleterre de plein droit mais avec indemnisation du propriétaire et de l'inventeur si autorisations. NDLR).

AVEZ-VOUS DES RELATIONS AVEC LES ARCHEOLOGUES FRANÇAIS, VOUS OU VOS COLLEGUES ?

 

MR PARFIT : Personnellement, je n'en ai pas eut, mais je pense qu'au niveau national il y a des échanges et des discussions, c'est probablement quelque chose que nous devrions faire mais que nous n'avons encore fait.

 

IL Y A UN AN NOUS ETIONS AU RALLYE DE CHILHAM CASTLE, PENSEZ-VOUS QU'IL Y AVAIT UN SITE ROMAIN A CET ENDROIT ? (DECOUVERTE DE PLUS DE 300 MONNAIES DONT BEAUCOUP ROMAINES ET D'UNE MONTRE SOLAIRE DE POCHE DU XVI ème) ?

MR PARFIT : La tendance Générale dans ces rallyes de détection de métaux me semble être un éparpillement tas d'objet de différentes époques. Il y eut très peu de rallyes nous permettant d'affirmer au vu des matériaux trouvés la présence d'un lieu d'habitation. Ce que l'on a trouvé c'est beaucoup d'ordures ménagères étalées par les fumures et c'est ça qui fait qu'il y a un grand éparpillement à travers la plupart des champs locaux et dans la région de l'est du Kent. Malgré le fait qu'il y ait probablement des sites, actuellement ce que nous sommes en train d'étudier ce sont les champs adjacent ces sites.

UTILISEZ-VOUS DES PHOTOGRAPHIES AERIENNES POUR LOCALISER DES SITES DANS LES CHAMPS , ET QUELS SONT VOS MOYENS DE DETECTION DANS LES BOIS ?

MR PARFIT : On peut utiliser un détecteur de métaux dans les endroits boisés, mais je pense que le meilleur outil de recherche est d'utiliser ses yeux et ses pieds pour noter ce que l'on voit. Les photographies aériennes ne servent à rien dans les bois. Mais dans le Kent il n'y a pas beaucoup de bois et ce n'est pas un problème en particulier.


LE D : APRES RALLYE RECHERCHEZ VOUS DES SITES ROMAINS OU CELTES LORSQUE L'ON A DECOUVERT DE TELS OBJETS PENDANT UN RALLYE ?

MR PARFIT : La première chose que nous faisons après le rallye est de regarder les enregistrements qui ont été faits, et en correspondance avec nos cartes voir ce que l'on peut déjà en déduire à ce niveau. Et plus loin, il est théoriquement possible de revenir sur un site pour faire des recherches plus approfondies, de fouiller ou prospecter visuellement et autres... Les facteurs qui nous limitent ce sont le manque d'argent et le fait que nous soyons tous très occupés. Ce que nous faisons ici, nous le faisons pendant notre temps de libre. Il n'y a pas de crédits officiels en Grande-Bretagne pour la détection métallique. C'est quelque chose que nous faisons en plus de notre travail principal. L'autre facteur est l'attitude du propriétaire du terrain, en Angleterre ces derniers ont le mot final en cas de fouilles Archéologiques. Théoriquement si on avait le temps et l'argent on pourrait revenir pour fouiller si le propriétaire l'accepte. En ce qui concerne ce site en particulier, je n'ai rien vu qui nous encouragerais à fouiller ultérieurement. Mais ce que l'on a trouvé va être reporté sur les registres des sites et monuments historiques qui sont tenus par les municipalités locales. Ces registres sont particulièrement utiles en cas de constructions de nouvelles routes ou de structures en énergie (gaz, eau) pour visualiser quels sont les sites Archéologiques qui existent peut-être dans la région. Par exemple juste à un kilomètre de distance derrière moi, une nouvelle route se construit et une fouille Archéologique et des détections de métaux on déjà eut lieu avant le début du programme de construction.

 

L'exemple Anglais montre que l'on peut de manière efficace utiliser des détectoristes comme source de renseignements. En France, si l'on voulait bien démonter les barrières qui se sont montées et parfois à juste titre.
Nous parviendrions au même résultat. Nous avancerions donc vers une meilleure connaissance de notre passé et à une protection plus efficace du patrimoine métallique enfoui. On s'aperçoit que la détection en Angleterre pose encore quelques problèmes, mais il y à seulement un an de cela, il y en avait encore plus. On peut constater que les problèmes de la détection vont en s'amenuisant, c'est l'oeuvre d'une politique différente mais efficace et c'est aussi la preuve que détection et archéologie peuvent être conciliables.

 

Méditons cette phrase de Mister PARFIT: "C'EST LORSQUE NOUS METTRONS TOUT EN COMMUN QUE NOUS EN APPRENDRONS PLUS SUR NOTRE PASSE."

 

Pour ma part, ce week-end dans le Kent m'étonna lorsque je vis les premieres monnaies Gauloises découvertes (des Gaulois chez les Anglais ou circulation de monnaies ? ? ?) rentré chez moi j'ouvris un petit livre sur les Gaulois, que je n'avais pas eut le temps de lire et fut stupéfait d'apprendre que deux tribus Gauloises émigrèrent en Angleterre : les ATTREBATES et les PARISII...
Traduction et Rédaction : Pierre ANGELI

 

Random Content